La rencontre

Je ne sais plus vraiment comment tout cela a commencé, tout ce que je sais c’est que j’ai eu un coup de foudre, comme quand il vous faut absolument quelque chose sur le moment, et bien là, c’était pareil, dans ma tête c’était lui et pas un autre. J’en étais folle, jour après jour et de plus en plus, vous connaissez l’engouement qui nous habite au début, aux prémices… Mon comportement était exemplaire, je prenais soin de lui, comme personne, nous avons passé toutes nos nuits durant des mois dans ce même lit, mon oreille collée contre lui. Je voulais être certaine de pouvoir l’entendre, à toute heure de la nuit, il était la première chose que je regardais au réveil. Et puis lorsque j’étais invitée, jamais je ne me séparais de lui, il me suivait partout, je gardais toujours un œil sur lui, mes amis enviaient que tout marche aussi bien, certains même me posaient des questions, sur ses performances, je l’ai donc protégé à tout prix de l’extérieur, je ne voulais pas qu’on lui fasse du mal ou qu’une autre personne s’en accapare, car il était mien. Puis le temps qui passe et la lassitude ont commencé à se faire sentir dans nos rapports, il partait parfois, plusieurs semaines, sans me donner de nouvelles, je le laissais péniblement s’en aller car je savais qu’il n’était pas au top de sa forme, puis vous savez ce que l’on dit sur l’amour, il se meurt chaque jour un peu plus. C’est ce qu’il nous est arrivé, il a développé une jalousie, quand mes copines m’appelaient il ne me le disait peu ou pas, il m’arrivait même d’être en colère contre lui et je me mettais à l’insulter de tous les noms, je lui en voulais tellement sur la fin. Je me suis remise en cause à une période, « et si c’était moi le problème », jusqu’à me demander si je n’étais pas porteuse de poisse à force d’accumuler les emmerdes avec lui. Alors je lui ai laissé le temps, du temps pour se racheter, se rattraper mais rien n’y a fait, tout n’a fait qu’empirer.

« Je te quitte, pour un autre, c’est fini ».

Un pincement au cœur, le ventre noué mais il le fallait, il fallait à tout prix en finir, je ne le supportais plus et tant d’hypocrisie envers lui n’aurait pas été chose correcte. J’ai donc quitté mon Blackberry pour un Galaxy.

(Vous pensiez vraiment que je parlais d’un homme ? Levez le doigt !)

RIM = RIP

Pour toutes les personnes qui désirent se lancer dans une aventure (à risque) avec RIP, heu non pardon RIM, voici certains points qu’il ne faudra JAMAIS négliger :

Les – :

  • Le chargeur du téléphone sera comme greffé à vous, car impossible qu’il passe la journée sans, puis si il a le malheur de s’éteindre alors que vous vous trouvez dans une ruelle sombre, je ne donne pas cher de votre peau.
  • Cette putain de barre qui recherche du réseau ou une page internet est juste insupportable, elle arrive presque à la fin et s’arrête, c’est clairement du masochisme, et vous serez là à la fixer comme si la regarder la ferait avancer plus vite, mais non, car c’est juste pour vous rendre fou.
  • Ce putain de sablier qui vous fera tout buguer, d’un coup un seul, vous rappellera que Blackberry, c’est pas un truc rapide et trop d’informations pour lui ce n’est juste pas gérable.
  • Un sms reçu de votre tendre moitié, la joie dans votre attitude : « Je ne sais pas comment te le dire, comment m’y prendre, cela fait tellement longtemps que [texte manquant] » Du coup vous ne savez pas si le type veut vous épouser ou quitter. Rude.
  • Si vous êtes pressées, réfléchissez bien avant d’enlever la batterie du téléphone, parce qu’il mettra le même temps que pour prendre un bain, fumer trois clopes ou dîner tranquillement en amoureux.
  • « Batterie trop faible pour utiliser la radio. » En gros, blackberry c’est un gentil, il te laisse le téléphone allumé au cas … Mais au cas où quoi ? Puisqu’ il est Off donc aucun réseau (masochisme bis) et déjà de quelle radio on parle concrètement ?
  • Je vous épargne le côté applications, ou le solitaire et le sudoku sont les vedettes de BB World…

les + :

  • Je cherche et je reviens.

 

Tagged with:
 

3 Responses to La rupture

  1. El Jefe dit :

    Je proteste…je pensais que ça parlait de sexe, je finis avec un telephone. Remboursé! ;)

  2. amal dit :

    enfin !! tu as compris ! enfin !!

Ton commentaire

%d blogueurs aiment cette page :