Il existe des métiers qui cherchent à tout prix à nous duper sur l’appellation d’origine (non contrôlée). De l’ornement de vocabulaire justement choisi. Employée de maison = bonne à tout faire, hôte de caisse = caissier même combat… Avec «hôte» en amont, ça met la pression et du glamour, on a de suite l’impression que le type accueille du monde à l’Élysée. Foutaises. Ils ne font qu’accueillir humblement des hystériques chez ce bon vieux Marcel Fournier, (Co-fondateur du groupe Carrefour). Suite à la grève du 4 avril qui a touché en pleine poire l’hypermarché, une réouverture des négociations a été annoncé. C’est la première fois que les organisations appellent à la mobilisation pour le même jour! Ironiquement, je me demande de quoi elles peuvent bien se plaindre toutes ces caissières ? Franchement, je ne vois pas ! Le derrière assis toute la journée, une remise de 10 % sur les achats, faire partie d’une élite avec un numéro de caisse rien que pour soi, ne jamais ramener de boulot à la maison le soir, bref que des avantages ! De toute façon c’est toujours les mieux lotis qui se plaignent (SIC) !

1343 € brut par mois, voilà leurs revendications. Et encore, sachant que ce sont des contrats de 30h avec des heures sup’ impayées… (Le groupe a été condamné sur ces points précis.) Pendant ce temps-là, les actionnaires comptent leurs gains en milliard quand une caissière se voit augmenter de 10 euros BRUT par mois (c’est même pas la moitié de la consult’ pour aller se plaindre de son lumbago). Sinon, elles n’ont qu’à attendre de les cumuler les 10 euros… mais la sciatique, pas sûre qu’elle patiente, elle ! La solution trouvée pour qu‘elles se la ferment définitivement ? Offrir des bons d’achats, Carrefour évidemment…« Donner c’est donner, reprendre c’est voler » m’a-t-on appris au CP…

Ce métier, j’aurais aimé le faire pour une seule et unique raison : mon côté perfide façon téléphone arabe ! Bosser dans l‘hypermarché du coin m’aurait permis de répandre un millier de rumeurs sur mon entourage ! Sous la caisse, un calepin planqué répertoriant chaque article suspect. Imaginez, un voisin cachant son problème d’alcool et mettant sur le tapis une bouteille de vodka, ou bien la voisine célibataire et son test de grossesse, la future mère infanticide avec une glacière ou encore la femme Batman (en mode voile intégral) tentant de faire passer discrètement une boite de Manix… encore mieux que la CIA, Fifi ou le job en Or. Je pense qu’il n’existe pas de clause de confidentialité, sinon je conseille davantage au type de reprendre ses études pour finir gynéco, juste pour le côté serment «d’hypocrite» … Bon, avouons-le, il y aurait quand même deux à trois trucs négatifs, comme entendre des bips imaginaires, ou développer des tics en reproduisant la gestuelle du passage d’articles dans le vide… Pourtant quand je repense au petit carnet sous la caisse, je me dis au diable les tics, tocs, et bips.

3 Responses to Avec Carrefour, je négative

  1. bertrand dit :

    Tu sais qu’une caissière avait justement fait un blog comme ça
    http://caissierenofutur.over-blog.com/

  2. Green dit :

    Oulala, qu’est ce que c’est bon de te lire !!!!!

Ton commentaire

%d blogueurs aiment cette page :