Canal+ : THE jackpot

La chaine peut dire merci au Qatar (grâce à qui Zlatan, Beckham sont là – bientôt Ronaldo peut être -), le « classico » de ce dimanche 24 février a été l’émission en cryptée la plus regardée depuis la création de celle-ci. Rien que ça.

Beckham, le roi

Beau, riche et célèbre. Modèle de réussite pour sa famille (enfin, on laissera de coté toutes ses histoires d’adultère). Devenu un « people » depuis que Victoria lui a mis le grappin dessus à une rencontre. Elle raconte d’ailleurs que c’est elle qui a fait le premier pas, elle est allée le féliciter dans les vestiaires après un match, il y a 15 ans de cela. (Je suis en train de faire la liste de tous les joueurs que je vais aller féliciter en privé lors des prochaines rencontres importantes). Becks c’est aussi trois Coupes de monde disputées, mais surtout une ligue des champions et de nombreux titres de champion remportés avec Manchester United notamment. « La jouer comme Beckham » reste le rêve ultime de tout joueur qui se respecte mais qui n’ose se l’avouer, car dans le sport et encore plus dans le foot, l’ego a son propre siège carré VIP.

David sans...

David sans...

David avec...

David avec...

« Moi, Zlatan Ibrahimovic » best seller en Suède.

Alors on se demande bien comment cette cohabitation va se passer jusqu’au 31 mai, entre eux, les connaisseurs n’ont pas oublié en 2002, lorsque les deux joueurs en sont venus aux mains lors d’une rencontre amicale entre l’Ajax et Manchester. Mais aujourd’hui, c’est main dans la main qu’ils avancent, pour le meilleur mais surtout pour le pire. Mais quand on sait comment Ibra traite ses coéquipiers en privé, à base de punchlines, ça risque d’être tendu : « Je ne connais pas la Ligue 1. Mais la Ligue 1 me connait » ou encore « Même mes fils savent mieux jouer au foot que vous ! » Ambiance amicale… Hors jeu, leur différence est palpable, Beckham a été façonné par Vic’, il est à son image, coquet, calculateur, un homme auxquels les contrats publicitaires rapportent plus de millions que les contrats sportifs, alors que « l’autre » est du genre à se réjouir davantage de marquer le but que de donner la passe décisive. Une chose est certaine, c’est qu’un coup, un seul, les femmes vont s’intéresser un peu plus au foot et spécialement à cette équipe de gagnants.

Zlatan sans...

Zlatan sans...

Zlatan avec...

Zlatan avec...

En ce qui me concerne, j’ai une petite préférence pour Ibra, ce n’est ni pour son jeu ni pour son physique, c’est juste qu’on est nés le même jour. Et puis non, je vote Becks, son corps pourrait donner des envies à une nonne dans un couvent. Ou alors un mix de deux, l’homme parfait pourrait aisément s’appeler Beckamovic.

One Response to Beckamovic

  1. rihanna dit :

    Beckam a la classe quand même.

Ton commentaire

%d blogueurs aiment cette page :