Une comédie fantastique, un genre tout nouveau. Case Départ est sorti hier et se classe numéro un du box-office : plus de 100.000 entrées. Un film écrit en trio par Thomas N’Gijol, Fabrice Éboué et Lionel Steketee. Rencontre avec ce dernier pour nous parler de ce projet qui démarre très fort.
L’histoire : Demi-frères, Joël et Régis n’ont en commun que leur père qu’ils connaissent à peine. Joël, un habitué du pôle-emploi n’est pas vraiment dégourdi. La France, ce « pays raciste » selon lui est la cause de tous ses échecs et être noir est l’excuse permanente qu’il a trouvée pour ne pas chercher du travail. Régis est de son côté totalement intégré. Tant et si bien, qu’il renie totalement sa moitié noire et ne supporte pas qu’on fasse référence à ses origines. Délinquance et immigration vont de pair si l’on en croit ses paroles. Réclamés au chevet de leur père mourant aux Antilles, ils reçoivent pour tout héritage l’acte d’affranchissement qui a rendu la liberté à leurs ancêtres esclaves, document qui se transmet de génération en génération. Faisant peu de cas de la richesse symbolique de ce document, ils le déchirent. Décidée à les punir pour le geste qu’ils viennent de faire, une mystérieuse vieille tante qui les observait depuis leur arrivée aux Antilles décide de leur faire remonter le temps, en pleine période esclavagiste ! Parachutés en 1780, ils seront vendus au marché comme esclaves. Les deux frères vont alors devoir s’unir, non seulement pour s’évader de la plantation mais aussi pour trouver le moyen de rentrer chez eux, au XXIe siècle.

Fifi Roze : Un moment particulier sur le tournage du film ?
Lionel Steketee : Le premier et le dernier jour. Le premier, car beaucoup de stress comme tout premier jour de tournage, en particulier pour ce projet, car c’était une première pour Fabrice, Thomas et moi. Le dernier, car beaucoup d’émotions après un tournage parfait et une équipe Cubaine que nous allions quitter.
F.R : La « case départ » au Monopoly permet de gagner de l’argent, pensez-vous que ça sera le jackpot grâce à ce film ?
L.S : Je ne sais pas. Ça s’annonce plutôt bien, très bien même, mais personne ne sait le niveau du succès du film. On espère tous un gros succès, au-delà de l’aspect financier. Le film est important car c’est un projet unique qui véhicule un message positif.
F.R : Du comique sur de l’esclavagisme, n’est-ce pas un peu polémique ?
L.S : Le film est sur l’identité et le mal vivre de certaines personnes, pas sur l’esclavagisme. Je pense sincèrement qu’une fois que les gens iront voir le film la polémique sera morte-née.
F.R : Retour à la case départ, vous changeriez quoi dans votre vie ?
L.S : J’apprendrai à jouer d’un instrument de musique !
F.R : Le dernier film vu au ciné ?
L.S : Les Tuche


6 Responses to 5 questions à Lionel Steketee réal du film « Case Départ »

  1. maeva dit :

    à quand une comédie sur la Shoah?

  2. amal dit :

    Super itw. Hâte de voir le film !

  3. I’m really amazed by this blog. Tons of useful posts and info on here. Thumbs up,

  4. I think this is one of the most significant info for me. And i am glad reading your article. But should remark on some general things, The site style is ideal, the articles is really nice : D. Good job, cheers

  5. Gigi dit :

    Entré directement numéro un au box office? Suis franchement ravie pour Eboué et N’Gijol, évoquer l’esclavage dans un contexte humoristique je demande à voir ça, c’est un sujet qui me tient vraiment à coeur… Même si Steketee dit que le sujet du film n’est pas là …je foncerai voir le film dés mon retour de vacances, pour me faire une opinion!

    Contente que tu ais fait une interview concernant ce film :)

Ton commentaire

%d blogueurs aiment cette page :