Franchement, le festival de Cannes, qui s’y intéresse ? Mis à part L’Oréal et Chopard ? Cela fait maintenant quelques années que c’est devenu un grand bordel, qu’ils soient acteurs, chanteurs ou people, tout ce petit monde de la télé souhaite y être vu et uniquement pour cette raison : faire parler de soi, en mal, en bien, on s’en tape mais faut faire des couv’ de mag’. Donc voilà, je ne vais pas parler de l’extraordinaire tampon d’Eva Longoria ni des yeux bleus de Ryan Goslin (mon mec actuel). Mon palmarès se trouve dans cette fiction que nous jouent admirablement bien nos politiciens.

Tampon Nett d'Eva

Tampon Nett d’Eva

Le prix du meilleur espoir est décerné cette année à « celle qui n’a pas démérité, et qui se bat aux côtés de son amant François depuis tant d’années dans un engagement désintéressé », j’ai nommé Valérie Tri-je-ne-sais-ni-écrire-ni-prononcer-son-nom pour son magnifique rôle de composition au Mali. Elle se disait touchée par son premier voyage humanitaire. Elle croyait quoi la Dame, qu’elle s’envolait pour Gao ville jumelée à Las Vegas ? Eh non ma petite dame on parle bien du Mali, là où seulement 43% de la population a droit à une infrastructure sanitaire. Chassez le naturel, il revient en Bugatti Veron, là voilà quelques jours plus tard sur la croisette, là où le champagne coule de la robinetterie. Valérie au Mali, Valérie à Cannes, Valérie à l’Elysée, Valérie et nos impôts …

L’Oscar de la mise en scène revient naturellement à la présidente du Parti chrétien-démocrate, la bien nommée Christine Boutin. On se souvient tous de cette mémorable scène à Paris, lors de la manifestation contre le mariage homosexuel. Allongée sur le sol, son corps gras presque inerte, elle confiait par la suite avoir été « visée » par la police, celle de monsieur Valls et demandait sa démission sur Twitter. Rien que ça. Magnifique prestation, tous nos compliments à celle qui s’est mariée avec son père ou frère, je ne sais plus.

Marine Le Pen remporte Le trophée, celui de la meilleure athlète en nage libre. Applaudissements pour celle qui a failli se casser pour nous permettre à tous de bons moments de rigolade.

Le Grand Prix de cette année est remis à monsieur Valls, premier flic de France (enfin quand ça l’arrange, vous comprendrez plus tard). L’homme schizophrène du gouvernement est celui qui fréquente la gauche et pense et agit comme la droite, mais qui au final aime peloter tout ce qui a beaucoup d’argent. Valls est devenu un allié important des Qataris, c’est à lui que nous devons la guérilla urbaine de la soirée PSG. Ce Grand Prix, il ne l’a pas volé et pour cause, il a cédé aux revendications des représentants du petit Émirat qui souhaitaient faire la fête in Paris sans que les représentants de l’ordre soient visibles. Bravo à toi Manu.

Concernant Monsieur Copé, j’ai hésité pour son prix, mais l’ex-Chiraquien obtient quand même celui du Jury pour l’ensemble de son œuvre car je n’ai pas tenu rigueur de sa popularité qui a reculé en un mois de sept points. Homophobe à ses heures perdues, raciste quand il s’ennuie, con le reste de l’année. Beau palmarès à toi Jean-François.

ET La palme d’Or 2013, c’est à dire THE PRIX est remise à Jérôme Cahuzac, vous voulez des preuves pour justifier ce choix ? Oui, c’est ce que j’ai cru comprendre, vous n’en avez pas besoin.

2 Responses to Festival de Quenelles

  1. TaPuce dit :

    I love this BILLET !

  2. Fruisek dit :

    MARVELOUS!! Merveilleux! Ton blog est une bouffée d’air frais dans ce monde de dingue. Tu as ensoleillé ma journée, moi qui suis à Londres sous la pluie. Merci Fifiroze.

Ton commentaire

%d blogueurs aiment cette page :