Une guerre 2.0

Fut un temps où pour déclarer des hostilités, on se servait d’un pigeon voyageur et c’était réglé (enfin je crois). Aujourd’hui il est toujours question de volatile mais c’est sur le net qu’il voyage. Il s’appelle Twitter. Mercredi dernier, Tsahal annonçait le début « d’un assaut d’envergure contre des sites et des autorités terroristes dans la bande de Gaza » via son compte officiel. Également présent sur YouTube depuis 2008, l’armée israélienne met à disposition des dizaines de vidéos et ont été vues des millions de fois. Le Hamas n’est pas en reste, il existe un site internet officiel mis à jour régulièrement et ultra moderne. Au delà du champs de bataille, c’est aussi derrière les écrans que la guerre se passe, elle est numérique mais alors est ce bien légal lorsque de simples avertissements deviennent des « menaces de violence directe et spécifique contre des tiers » ? Le tweet polémique via Tsahal recommandait « qu’aucun activiste du Hamas ne montre son visage dans les jours qui viennent ». Ce à quoi le Hamas répondit en envoyant sur Tel-Aviv sept tirs de roquettes depuis Gaza.

L’age de pierre

Le ministre de l’intérieur israélien déclarait : « Le but de cette opération est de renvoyer Gaza au Moyen Age. Alors seulement, nous serons tranquilles pour quarante ans. » La solution ? Aussi diabolique qu’elle soit, couper l’eau et l’électricité jusqu’à ce que la population s’enfuie. En septembre 2012, la presse révélait que l’armée israélienne avait des plans pour « ramener l’Iran à l’âge de pierre » – décidément – Israël n’est absolument pas dérangé à l’idée de vivre entouré de moyenâgeux. Lui, petit État sans défense, entouré d’ennemis voulant sa peau. Car c’est comme cela que les médias nous vendent l’affaire, en soulignant que les israéliens sont « tués » pendant que les palestiniens « meurt ». Voyez la nuance.

Vers une trêve ?

La Grande-Bretagne, les États-Unis soutiennent Israël. L’Égypte trouve inacceptable cette « agression » israélienne et manœuvre pour un cessez-le-feu. La France, elle, n’a pas désigné de responsable, se disant « extrêmement préoccupée » par la situation. J’ai plutôt l’impression que ce qu’il préoccupe la France c’est la rupture amoureuse Pulvar/ Montebourg. Quant à la Russie, après avoir jugé la réaction israélienne « disproportionnée » la voilà qu’elle paye sa désolidarisation , la chaîne publique Russia Today a annoncé dimanche que le bureau à Gaza de son antenne en langue arabe avait été détruit dans la nuit par une frappe israélienne contre un centre de presse.

Je pense qu’une trêve aura bien lieu d’ici quelques jours, tout simplement parce que tout ceci n’est qu’un calcul de la part de Benjamin Netanyahou, le pays est à deux mois des élections législatives, l’homme veut montrer qu’il est le meilleur garant de la sécurité pour son pays. Depuis les années 90, à chaque fois qu’une élection arrive, les tirs reprennent. Le Premier ministre veut montrer qu’il ne se laisse pas faire et ne veut pas laisser croire qu’il est faible. Et en tuant le chef d’Etat major du Hamas, Ben’ a eu « son Ben Laden » à lui. Mais à quel prix ? L’offensive comptabilise une centaine de morts en moins d’une semaine.

Tagged with:
 

One Response to Gaza, vers un désastre humanitaire

  1. jerry ox dit :

    Un billet qui a le mérite de mettre les choses au clair sur cet éternel conflit qui parasite le monde entier . je partage ton point de vue et souhaite qu’un jour la Palestine soit reconnue à part entière et soit mentionné sur une carte …. Merci pour ce billet Fifi Rose !

    j’en parlais dans cette chanson : https://soundcloud.com/#jerryox/jerry-ox-inch-shalom

Ton commentaire

%d blogueurs aiment cette page :