Dessin By Na!

Dans un fast food, non loin de là :

Client : « Bonjour, je voudrais un menu grouik n’gerbe, avec des frites staphylocoques dorés rustiques , j’aime le luxe ! Un coca salmonella, deux croques-morts, et des sauces provenchiasses. »
Equipier casquette rouge : « Sur place ou à emporter ?

Client :  » Emporter, et le cercueil pas trop grand, je suis petit de taille ! »
Equipier casquette rouge : « Patientez, nous préparons votre commande. »

(Normal ! Personne n’est pressé de mourir, hein ? Si ?)

La préfecture d’Avignon a pris elle même le soin de jeter les clés par dessus le pont, et a donc prolongé la fermeture de son Quick. La raison : des bactéries susceptibles de développer des toxines qui pourraient être à l’origine de la mort d’un ado la semaine dernière. Quick a commandé un rapport d’experts ou l’on affirme que la nourriture ne contient pas ces bactéries. Ils l’ont payé en Giant pour qu’il dise ça le type ? Il est sans doute mort lui aussi ? Bien sûr qu’il n’aurait pas dit le contraire, banane ! Restauration lente quand on fait la queue, mais rapide quand il s’agit de mourir ! Bon, j’arrête les médisances parce que je ne pense pas que ce restaurant soit la cause du décès de ce jeune homme. S’il avait mangé chez lui, sa mère serait sous les verrous ? C’est juste, que ça ait fait la polémique parce que c’est QUICK, et que depuis un bail les détracteurs s’en donne à cœur joie quand il s’agit de démolir les fast food. S’il avait été au ciné, on n’aurait pas dit « un ado est décédé en mangeant du pop corn ? » Si ! Bon je trouve le sujet un peu glauque, mort, sauce curry, Coca sans gaz, alors j’enchaine sur une story personnelle, un peu plus joyeuse ! On est déjà lundi alors ça suffit !

Qui n’a jamais travaillé dans une « Indigeste Food » ? Personne, j’en suis certaine (moi la première). A seize ans, je m’étais battue contre ma famille pour bosser chez le King-size du burger. Ils refusaient ce trop plein d’activités, entre le lycée et la Junk bouffe en prétextant : «C’est trop pour toi, comment feras-tu pour te lever le matin et aller à l’école ? »

L’école ? Quelle école ? Ha oui, le lycée (rires) !  Têtue, mon choix était indiscutable, je préférais rater mes cours un jour sur deux. (Tout le monde se souvient de mon fameux et talentueux bulletin…). Je partais donc travailler tous les soirs au sein du job de ma vie : celui qui me permettrait de gagner environs 3000frs par mois. Je me foutais pas mal de puer l’huile de friture à des kilomètres. Et puis à seize ans claquer autant d’argent tous les mois faisait de moi, la nana la mieux sapée de tous les environs ! Ne pas se priver à cet âge là, je crois que ça n’avait pas de prix et encore moins pour des maths et de l’anglais !

J’ai connu la file d’attente la plus longue au monde. Tout un chacun se battait pour être servi à ma caisse même pour un Sundae. Mes potes commandaient une limonade et repartaient avec minimum quatre sacs, de quoi nourrir toute la Somalie ! Je me souviens que Mac Douille avait mis en place : « l’employé de la semaine » et je dois vous avouer que j’étais toujours la première à faire le plus de recette. Allez savoir pourquoi… je me disais que certainement mes autres collègues, leurs clients, eux, la limonade, ils ne la payaient pas.

Repas fournis, badge, tenue hyper sexy (il faut savoir qu’à l’époque les filles avaient des petites chemises à carreaux et manches courtes très moulantes). Je pense même que si y avait pas eu Mac Donald’s brodé dessus, je serai sortie avec…non je déconne (quoique…). Cette chemise avait un coté aguicheur pour les clients de cinquante piges en mal de petites minettes fraichement débarquée de leur dix-sept ans ! Ils ont vraiment pensé à tout !

Avec du temps et de l’audace, j’avais réussi mon coup, me mettre les manageurs dans la poche de mon pantalon hyper bien coupé. Postée au drive tous les soirs, assise, tranquille à donner mon numéro de téléphone à tous les types en voitures. Heu pardon, à prendre les commandes bien sûr ! La délivrance : finit les clients qui restent des heures au comptoir sans pouvoir se décider entre deux menus croyant que c’est l’investissement de leur vie, Best of ou maxi Best of ?

Neuf mois plus tard, le big big big BOSS me réclame dans son bureau. Damned !!!! Une autre promotion ? La vie de rêve dixit Tony Montana à cette époque ? Hey, non ! Une feuille blanche et un stylo, où il me demandait de rédiger ma propre lettre de démission sinon Ronald porterait plainte contre moi. Les caméras avaient filmé toutes mes commandes faussement tapées et données… Y en avait pour beaucoup, beaucoup d’argent ! Comme je n’étais pas en mesure de broncher, j’ai préféré écrire deux lignes avec un « cordialement » en bas de page, soulagée comme une césarienne qui se serait bien passée ! J’ai appris récemment qu’ils avaient pompé l’idée de canal + : «Le premier samedi du mois c’est Clara qui régale» en «Le premier mercredi du mois» c’est Mac do qui offre des fruits, c’est qu’il est coquin ce Ronald !

Tagged with:
 

Ton commentaire

%d blogueurs aiment cette page :