Chers amis virtuels accrocs du Net, tremblez ! Passer beaucoup de temps de réseau social en réseau social n’est pas sans conséquence. Et ce sont des américains psychiatres qui le disent dans un Manuel diagnostique des troubles mentaux (si ce sont les U.S qui le disent, on doit toujours les croire et pour TOUT). En effet l’addiction à Internet serait en passe de devenir une pathologie mentale internationalement reconnue par les médecins, sympa pour vous les geeks. Bon, au final, ce n’est pas si faux et si cela se confirme je pense déjà aux entreprises pharmaceutiques et aux cliniques privées qui vont se faire un max de tunes.

tumblr_nb65ffzGnj1r35y2lo1_500

Finir sa vie comme Lindsay Lohan, de cure en cure de désintoxication web.

Cyber-jalouse VS likeur compulsif

Une fille pas jalouse (si si ça existe) le devient avec le temps à cause du net jusqu’à s’entendre dire (et en hurlant si possible) « putain l’enculé il parle à cette p*** sur Twitter (dont elle ignore évidemment le métier) alors qu’il répond pas à mes mails !!!!!!!!!!!!!! » C’est bien là le problème, les interactions virtuelles des autres vous font sentir être une grosse merde dans votre vie quotidienne. Mais il y a pire que la cyber-jalouse, prenez le likeur compulsif (les filles en connaissent toutes un) c’est le genre de type qui « aime » tout ce qui bouge, une photo, un commentaire, un statut Facebook même si il est merdique comme : « trop mortel j’ai eu mon permis » – concrètement, qu’est-ce qu’il s’en bat la race de ton permis, c’est pas comme si tout ce beau monde aller faire des ballades en caisse le week-end, si ? Le likeur compulsif est celui qui me fait le plus peur quand je vais me coucher le soir, je l’imagine toujours derrière un buisson prêt à me liker pour de vrai !

Viens-là qu'on se like saloooope !

Viens-là qu’on se like ma saloooope !

L’ego-cyberdimentionné

C’est cette personne complètement malade qui tape son propre nom ou pseudo une fois par jours sur Google (et parfois sur d’autres moteurs, c’est dire de la gravité de ce comportement). La cyber-réputation l’obsède, des milliers de followers et elle pense être vraiment famous dans la vraie vie et fini par se rendre compte qu’au final quand il faut se préparer à bouffer le soir, bah y a plus personne, nada, rien, le néant absolu, ça mange sont plat Picard réchauffé dans la plus grande indifférence. On ne peut pas parler des likeurs compulsifs sans évoquer ceux qui alimentent ce comportement, les connards qui postent tout et rien et pensent que cela peut être intéressant, comme si Instagram était super heureux de publier la photo d’un pot de mayonnaise. A tous, je n’ai qu’une seule chose à dire : on s’en bat la race de ta vie de merde, cela n’apporte rien à personne (sauf au boulet compulsif qui se branle dessus).

Ce que ressent un likeur compulsif une fois supprimé de partout.

Ce que ressent un likeur compulsif une fois supprimé de partout.

Internet ça joue avec tes nerfs

La lenteur d’un PC si tu as des problèmes cardiaques, bah ça peut te tuer sur place ! T’es là en sueur à attendre qu’une page se charge ou la navigation internet version minitel. Mais entre nous ce n’est pas ceci qui le rend plus dingue. Dans la catégorie « truc hyper relou sur un ordinateur » j’ai nommé le pire : les notifications intempestives d’Avast quand tu regardes une vidéo « la base virale de votre système a été mise à jour….. ». Je ne sais pas qui est ce bâtard d’Avast, mais c’est purement et simplement une création satanique.

De photos en photos, de posts en posts, les gens likent, s’insultent, stalk, pour rien, pour tout, alors moi au lieu de lever le pouce je préfère lever mon index à tout ce merdier dans lequel internet nous a mis, à ce changement de comportement qui s’est banalisé, mais jusqu’où ?

*J’insère les mots-clés bites, filles chaudes et salopes pour avoir de meilleurs stats’. Merci pour votre compréhension.

Bonne semaine à vous bande de bâtards

Bonne semaine à vous !

 

Ton commentaire

%d blogueurs aiment cette page :