Mercredi, il y a eu le très attendu «Sex and the city II » sur les écrans. Le film tiré de la série où tout le monde est beau, riche, tendance. Si tu ne vois toujours pas la différence entre la vie réelle et les séries ricaines, il faut allumer HBO. En France, tous les jours, des Gossip girl de toutes provinces plus ou moins paumées, pensent que elles aussi tournent des scènes à la Sex on the city mais on est plus dans le « cité » qu’autre chose ! Les lieux de commérages : Starbucks coffee/Chichas : même combat. Imitation Carrie mais façon fringues de basse couture. Tout est dans le paraitre, la contrefaCON a de beaux jours devant elle !

La fille toute excitée prend le RER comme si elle prenait l’avion pour Milan. Le tout est de se retrouver entre La Défense et Nation, loin de chez elle et survivre 8h par jour là où les «bourgeois méchants hommes» vivent ( les parisiens ). Trainer à St Germain des Prés sans pouvoir se payer un café, le rêve, évidement, y a un crédit auto à payer puis ici ce n’est pas Dubai ici, le SP95 n’est pas à 12$ les 100L.

Vendredi soir, retour au bercail, là où en 8 étages, on a l’impression d’avoir pris un charter pour l’Inde ou le Mali et cela grâce à la compagnie la moins chère au monde : les ascenseurs ! Faites un tour à St Denis (pas de la Réunion! ), dans le 93, promis, vous allez revenir avec des couleurs (bleus ou contusions et sans sacs ! ).

21H, faut se préparer, faire chauffer les plaques pour raidir la tignasse. N’a pas des cheveux de «blanche» qui le veut. Puis tremper les lentilles dans le sérum Phy, n’a pas des yeux verts de « blanche » qui le veut ! Les blancs durant des années ont mal traité les «autres» en les tenant avec une laisse, et voila qu’aujourd’hui, tous ces anciens esclaves veulent ressembler à leurs anciens bourreaux. Blanchir sa peau, éclaircir ses yeux, lisser ses cheveux, pour ceux qui auraient Alzheimer, l’esclavage a mis longtemps avant d’être aboli. On nage en plein sadomasochisme.

Retour @ home, en famille, en célib’ ou en colloque, elle quitte la ville lumière pour une ville ou un lampadaire sur deux fait la tronche. Ça claque son smic horaire sans primes tous les week-end. Le but est de se faire repérer par LE mec, celui qui va lui passer la bague Bvlgari de ses rêves. Le mister BIG des temps modernes n’est pas BIG grâce à son cœur, mais plus au niveau des artères pleines de gras. Les restaurants Mc Cachère/Hallal n’ont jamais eu autant la cote ! Double fromage, double steak, la vie en double, en BIG quoi…

 



Tagged with:
 

Ton commentaire

%d blogueurs aiment cette page :