Les kilos ont été pris, d’ailleurs MENSONGE, les statistiques étaient fausses : 18 pour lui et 22 pour elle ! Une fois remise de son incarcération, la vie de célibataire sent le frais, ce qui est normal. Personne ne souhaite prendre perpète, Scofild à coté des types mariés, c’est un rigolo en cavale. Il a eu beau tatouer sur tout son corps tous les modes d’emploi Moulinex, Bobonne a réussi à avoir sa peau ! Alors bon vent, chacun suit son chemin, mais pas pour Rome : direction les bars……Et la débauche.

Divorcer, un acte aussi banal que manger Bio, une société qui nous pousse à consommer d’avantage. Les relations, c’est comme acheter des Kinder : on n’est pas encore arrivé à la maison qu‘on a déjà fini le Délice et qu‘on a déjà entamé le Country, (si je vous assure, ça va vite ces choses là, il y a encore les miettes sur mon siège). On se lasse des choses, des gens, et donc de son ex et tendre.

La séparation, une fête qu’on célèbre comme un anniv, les mêmes personnes qui vous ont organisé votre « just Merde » peuvent aussi organiser votre divorce. Alors fini de pleurer avec ses Chocobons (anagramme de bô cochons ?) devant la TV (pas sûr qu‘elle l’ait laissée), parce que « machine » s‘en est allée. Les causes de divorce sont diverses mais la principale c’est le mariage. Y’a pas si longtemps nos ancêtres se supportaient coûte que coûte. Aujourd’hui place à la génération familles recomposées.

1 mariage sur 2 finit devant le juge dans les grandes agglomérations, là où la tentation est à son maximum. Les avocats qui veulent se faire une retraite anticipée se sont spécialisés dans ce domaine, bien plus juteux que les crimes passionnels. Plus besoin de découper sa femme à la Dexter pour s’en débarrasser, (quoi que certaines le mériteraient ).

Il faut Enterrer votre mariage à coup de pelle vous conseilleront Barbara et Oliver…En voilà un résumé de l’excellentissime « la Guerre des roses », à voir si on n’arrive pas à se débarrasser de son mari, un tas de tuyaux pour le faire craquer. Faut juste qu’il ne soit pas fan de ce film, sinon, c’est cuit ! Je ne peux plus entrer dans une boutique de luminaires, j’ai la phobie du lustre depuis cette fameuse scène. «Jusqu’à ce que la mort nous sépare»… Croyait pas si bien dire le prêtre à ces deux là ! Je vais conseiller qu‘on remplace les vœux par d’autres plus actuels comme « jusqu’à ce que LE DIVORCE nous sépare ». Enfin je dis ça, je dis rien.


Tagged with:
 

Ton commentaire

%d blogueurs aiment cette page :